L'évolution des habitudes alimentaires

mardi, 26 avril, 2016

Nous croyons que l'industrie alimentaire et les autres principaux intervenants jouent un rôle important pour aider les Canadiens à améliorer leurs habitudes alimentaires. À titre de chef de file du secteur, nous continuons d'innover, de reformuler et d'améliorer le plus possible nos produits. Pour ce faire, nous devons comprendre où, quand et comment les Canadiens mangent.   

Pour aider à entamer la discussion, nous avons invité des leaders d'opinion du domaine de la nutrition à un symposium intitulé The Evolution of Eating in Canada. Durant l'événement, nous avons examiné les tendances émergentes dans l'alimentation des Canadiens et la façon dont ceux-ci mangent.

Pour la première fois, l'Université de Toronto a présenté en profondeur une étude qui visait à comprendre la nutrition et les habitudes alimentaires des Canadiens. Fondée sur les plus récentes données de consommation de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), l'étude a permis de démontrer que la qualité du régime alimentaire des Canadiens était «médiocre». Le symposium a donc été mis sur pied pour aborder le portrait alimentaire du Canada et fournir aux parties intéressées des connaissances pour améliorer les habitudes alimentaires des Canadiens. 

«Lors de notre étude, nous avons observé une courbe en forme de U qui représentait la qualité des habitudes alimentaires au sein de la population canadienne, a affirmé Mary R. L'Abbé, Ph. D., professeure Earle W. McHenry et présidente du département des sciences de la nutrition de la Faculté de médecine de l'Université de Toronto, et chercheuse principale dans le cadre de l'étude. Au début de la vie, alors que les parents exercent la plus grande influence, la qualité nutritionnelle des aliments que les jeunes enfants mangent est généralement assez bonne. Les choix commencent à se détériorer plus tard dans l'enfance et atteignent leur pire niveau à l'adolescence, pour ensuite commencer à s'améliorer dès que les Canadiens entrent dans la fin de la vingtaine et au début de la trentaine.» 

Voici quelques-uns des autres principaux constats de l'étude: 

• trente pour cent des calories totales proviennent d'aliments et de boissons qui ne sont pas recommandés dans la publication Bien manger avec le Guide alimentaire canadien;

• les collations comptent pour 25 pour cent de l'apport énergique quotidien chez les enfants, et pour 23 pour cent chez les adolescents. Pour ces deux groupes, les collations fournissent plus de calories que le déjeuner; 

• la plupart des calories sont consommées à la maison (88 pour cent, 81 pour cent et 83 pour cent pour les enfants, les adolescents et les adultes, respectivement); néanmoins, pour les personnes qui prennent leurs repas ailleurs qu'à la maison, en moyenne 40 pour cent de l'apport quotidien en calories (environ 1 000 kcal/jour) est consommé ailleurs qu'à la maison. 

«Il est essentiel pour nous de mieux comprendre les aliments que les Canadiens mangent, dans un contexte où nous continuons de reformuler et d'améliorer nos produits, en plus d'aider les Canadiens à faire des choix éclairés en matière de nutrition », a affirmé Shelley Martin, présidente et chef de la direction, Nestlé Canada. 

Par exemple, nous avons apporté des changements fondamentaux à nos emballages. En effet, nous nous sommes engagés à ajouter des recommandations de portion sur les emballages de tous les produits destinés aux enfants et aux familles, afin de vous aider à faire des choix alimentaires éclairés dans le cadre d'un régime équilibré pour vous et votre famille. Par conséquent, d'ici la fin de l'année, nous inclurons de l'information nutritionnelle sur le devant des emballages des produits clés, ce qui nous permettra d'offrir un accès instantané à la valeur nutritive des aliments que les gens achètent et consomment.

Cependant, nous attaquer aux emballages ne représente que la moitié du travail. D'ici la fin de l'année, nous aurons réduit de 10 % la quantité de sodium, de sucre et de lipides saturés dans nos produits. Et ce n'est qu'un début. 

Nous essayons toujours d'apporter des améliorations, car notre façon de manger est en constante évolution. Il s'agit d'un moyen de plus d'incarner notre philosophie «Mieux manger. Mieux vivre».